Joël Robuchon : Site fan du chef cuisinier

40 années passées aux fourneaux d’établissements prestigieux. Un savoir-faire technique impressionnant. Une signature culinaire exigeante et singulière, déclinée à travers le monde entier dans des tables d’exception. Un esprit audacieux et visionnaire. Découvrez le parcours de Joël Robuchon, grand cuisinier multi-étoilé, qui reste, à ce jour, le chef le plus étoilé au monde. 

Biographie de Joël Robuchon

Rien ne prédestinait Joël Robuchon à la grande cuisine. Né dans une famille modeste et fervente catholique, il entre au Petit Séminaire à 12 ans avec pour projet de se consacrer à la prêtrise. C’est en aidant les religieuses dans la préparation des repas qu’il se prend progressivement de passion pour la cuisine et choisit d’en faire son métier. Après un apprentissage de cuisinier-pâtissier et un tour de France avec les Compagnons des devoirs unis, Joël Robuchon entame sa carrière de chef dans de prestigieux établissements. 

Formé à l’école de l’exigence et de l’amour du travail bien fait, son perfectionnisme, sa technique et son talent lui permettent d’accéder au titre de Meilleur ouvrier de France. À l’aube de la trentaine, il décroche ses deux premières étoiles. Au rythme d’une étoile par an, il obtiendra la troisième en 1984 dans son propre restaurant, le Jamin, et la reconnaissance du milieu de la grande cuisine.

Joël Robuchon est un chef précurseur et touche-à-tout dans beaucoup de domaines : en parallèle de l’ouverture d’un nouvel établissement qui recevra la distinction de meilleur restaurant du monde en 1994, il enchaîne les partenariats avec l’industrie agro-alimentaire, les publications d’ouvrages de cuisine et les émissions culinaires à la télévision.
Couronné Chef de l’année 1987 puis Cuisinier du siècle en 1990, Joël Robuchon décide de rendre son tablier et ses étoiles en 1996, après plus de 3 décennies passées en cuisine.

Il consacrera les 10 années suivantes au voyage et à des projets d’émissions TV, dont le mémorable “Bon appétit bien sûr” qu’il est possible de visionner en ligne aujourd’hui encore.

La vie de retraité ne l’enthousiasme cependant pas autant que l’univers de la gastronomie et de la restauration : au début des années 2000, le chef revient avec un nouveau concept, l’Atelier, qu’il continuera de développer aux quatre coins du monde jusqu’à sa mort.

Où est enterré Joël Robuchon ?

Décédé le 6 août 2018 à l’âge de 73 ans, les obsèques du chef Robuchon ont été célébrées lors d’une cérémonie réservée aux intimes. Une célébration publique a eu lieu quelques jours plus tard en la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, sur les terres natales du cuisinier.

Plus de 2 000 personnes, parmi lesquelles les plus grands noms de la gastronomie française et internationale, étaient rassemblées pour un hommage “fraternel et solennel en mémoire de celui qui restera un guide, un père formateur, une étoile directrice, un ami”. Très religieux, Joël Robuchon a été inhumé dans un lieu qui n’a pas été rendu public.

L’atelier Joël Robuchon

Tout au long de sa carrière, Joël Robuchon a élaboré une cuisine à la fois inventive, technique et exigeante, avec pour maître-mot le concept de sublimement simple.

Sa décennie de retraite n’a pas été oisive : il a beaucoup voyagé pour continuer à découvrir des produits, des techniques, des savoirs de chefs venus d’autres horizons. Il se rend régulièrement au Japon, pays qui l’a toujours fasciné, tout comme l’Espagne où il s’est installé, au pied de la montagne du Peñón de Ifach, dans la province d’Alicante. 

Deux cultures qui l’ont profondément inspiré pour leurs approches de la cuisine : les bars à tapas espagnols, chaleureux et conviviaux, et les restaurants à sushis japonais, pour la proximité entre le cuisinier et ses clients. Cela suscite en lui l’envie de proposer une approche nouvelle de sa cuisine et donne naissance au concept des restaurants “l’Atelier Joël Robuchon”.

Comme toujours chez Joël Robuchon, le sublimement simple est au cœur de ces nouveaux restaurants dont l’objectif est de mettre en avant sa cuisine et le travail de produits de qualité, dans un environnement chaleureux où la salle est ouverte sur les fourneaux. Loin des codes propres aux restaurants étoilés classiques, Joël Robuchon imagine un lieu où le client se sente à l’aise. Un lieu à son image, tout de rouge et de noir, comme le tablier noir et les tennis rouges qu’il a portés durant toute sa carrière en cuisine.

En 2003, les premiers “Atelier Joël Robuchon” ouvrent leurs portes simultanément à Paris et Tokyo et connaissent immédiatement un beau succès. Les clients apprécient cette expérience nouvelle qui leur permet de déguster une cuisine d’excellence en toute simplicité. La presse française et étrangère se fait l’écho du retour du chef Robuchon sur le devant de la scène gastronomique. La réussite parisienne l’encourage à décliner le concept à l’international. Dans les quinze années qui suivront, le chef ouvrira des “Atelier Joël Robuchon” sur tous les continents, dans de prestigieuses capitales et des villes emblématiques du monde entier. Hong-Kong, New-York, Singapour, Miami, Monaco, Londres, Taipei, Las Vegas, Shangaï ou Montréal : dans chaque restaurant, la signature et le savoir-faire du chef sont déclinés dans une cuisine dont il élabore lui-même les recettes, où s’entremêlent les traditions culturelles et culinaires propres à chaque pays.

En parallèle, il poursuivra l’ouverture d’autres établissements : tables d’exception, restaurant japonais, pâtisseries et salons de thé aux quatre coins du monde.

Couronné de nombreuses distinctions tout au long de sa carrière, grand chef de cuisine et d’entreprise, Joël Robuchon laisse un héritage culinaire hors du commun.

Les plats célèbres du chef Robuchon

Des recettes emblématiques de Joël Robuchon il y en a beaucoup, à commencer par sa légendaire purée de pommes de terre. Une recette mondialement connue devenue iconique, qui reprend toute la philosophie culinaire du chef : “la cuisine simple, c’est ce qu’il y a de plus compliqué”.

En travaillant les produits les plus ordinaires, celui qui fut le Cuisinier du siècle a donné naissance à de grands plats, tels que le gratin de macaronis aux truffes ou le velouté de chou-fleur au caviar. Quant à ses ravioles de langoustine aux truffes, créées pour le Jamin, son premier restaurant, elles constituent un fabuleux alliage terre/mer très audacieux pour l’époque.

Et vous, quelles sont vos recettes préférées de cette toque mythique ? Partagez-les en commentaire !